/medias/image/7199449425b7c2ee07cbe2.png
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

#3 - Raphaël Morel - Responsable du développement du réseau UBER dans la région Ouest

Portraits

-

13/07/2016

Un focus sur votre parcours professionnel en quelques mots ?

Diplôme d’ingénieur en poche, je commence ma carrière en Janvier 2009 chez PwC Audit, dans le département TICE. Trois saisons plus tard, avec mon lot d’anecdotes variées et d’expériences accumulées, je commence à prendre part à quelques missions x-LOS avec l’Advisory, autours des Télécoms, qui m’emmèneront notamment au Mali.

Avril 2012, à défaut de créer ma propre start-up, je décide de rejoindre une petite équipe d’entrepreneurs en très forte croissance, Eight Advisory. Cette expérience me permet alors de me rapprocher de sujets ultra business et d’aider des décideurs sur des problématiques très complexes, pendant 2 années intenses.

Juin 2014, j’ai l’opportunité de rejoindre l’équipe Uber France. On m’annonce à l’époque que j’ai la chance d’être dans les 1000 premiers employés Uber dans le monde, je ne saisis à ce moment-là pas forcément la portée du symbole – le rythme de recrutement actuel me classe déjà parmi les « anciens » ;-). 18 mois sur la Growth (autrement dit le développement des chauffeurs partenaires de la plateforme) me permettent enfin de prendre la responsabilité du développement de la Région Ouest (Toulouse, Bordeaux, Nantes) comme General Manager en Novembre 2015.

Vous avez été consultant de 2009 à 2012. Quel a été votre rôle pendant ces 3 années chez PwC ?
Je suis entré chez PwC en tant que Junior, en décidant dès les premiers jours de donner une cohérence avec mes études d’ingénieur et donc de focaliser mon planning sur des entreprises technologiques et Télécoms. Iliad, Digicel (opérateur mobile aux Antilles) et Gemalto occupent l’essentiel de mon année.

Bernard Gainnier décide au même moment de monter une équipe Télécoms à même de répondre aux appels d’offre de l’ARCEP (l’Autorité de régulation des Télécoms) portant sur l’audit des comptes réglementaires des opérateurs mobiles. En intégrant cette équipe, je monte rapidement en compétence sur le sujet et participe en parallèle  à quelques missions x-LOS avec les équipes Advisory.

Ce que je retiens de ces années ? En premier lieu les équipes avec qui j’ai travaillé : délivrer une telle qualité en préservant un si bon esprit d’équipe (et de rire), costaud ! Et puis évidemment l’intelligence de l’approche d’audit. Combien de fois me suis-je dit que le co-CAC en faisait trop !

Aujourd’hui, vous développez une plateforme de mise en relation de chauffeurs VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeurs) dans l’Ouest de la France. En quoi votre expérience chez PwC a-t-elle pu contribuer à ce nouveau challenge ?

Sans surprise, une des principales forces que j’ai tirée de mon expérience chez PwC tient à la diversité des missions, des rencontres, des secteurs, des façons de manager, etc. L’audit expose à une richesse incroyable de situations, ce qui en fait un terrain d’apprentissage parfait pour une première expérience professionnelle.

Evidemment, cette expérience chez PwC m’a aussi forgé une culture et une aisance dans le suivi de la performance financière, un must-have pour tous les postes à responsabilité aujourd’hui.
 
Uber, cette start- up américaine qui a défrayé la chronique à son arrivée en France connait aujourd’hui une forte croissance, notamment à Nantes. On peut imaginer que ce réseau s’étende, à terme, à d’autres régions. Comment expliquez-vous un tel engouement ?

Les besoins de mobilité des Français sont tout simplement énormes ! Rendez-vous compte qu’1,5 million de Français ont déjà adopté Uber, qui intervient souvent en complément des moyens de transport habituels. A Toulouse par exemple, 1 déplacement sur 2 est fait après minuit, à l’heure où l’offre de transport en commun se raréfie. En France, 64% des déplacements en VTC partant du domicile sont suivis d’un déplacement avec un mode alternatif (métro, bus, vélo, tram).  A long terme, nous pensons tout simplement que l’utilisation de la voiture individuelle va considérablement réduire. Pour rappel, une voiture individuelle coute environ 6000€ par an, est utilisée 4% de son temps, et l’ensemble du parc occupe 15% de l’espace public.

Par ailleurs, le secteur est hyper dynamique !  En 2014, le rapport parlementaire de Thomas Thévenoud sur le secteur a estimé que 70 000 chauffeurs supplémentaires seraient nécessaires pour répondre aux besoins de mobilité des français. Aujourd’hui, environ 12000 emplois ont été créés, le secteur constitue donc un véritable réservoir d’emplois ! Et ces emplois sont souvent créés dans des zones sensibles : en 2015, près de 3500 entreprises de transport ont été créées en France, dont 2000 en Seine Saint Denis.

On le voit bien, l’engouement est double : du côté des passagers pour répondre à leurs besoins de mobilité, mais aussi du côté des chauffeurs partenaires, pour qui il devient possible d’être son propre patron.

Puisque nous parlons de réseau, êtes-vous resté en contact avec des Alumni PwC ? et avec des « actuels » de PwC ?

Malheureusement, je n’ai pas gardé beaucoup de contacts, sauf ceux qui sont devenus des amis, et il y en a quelques-uns ! Ayant eu un parcours un peu original, je n’ai pas non plus l’occasion de croiser beaucoup d’ex-PwC dans mon quotidien chez Uber. Mais cela arrive !

Au printemps 2015, alors que nous cherchions toujours plus de relais de croissance pour uberPOP, j’ai pris contact spontanément avec Frédéric Arnaud, Fondateur d’Oxilia, une start-up en plein développement dans la mise en relation d’aides à domicile pour les Seniors, quand j’ai découvert par hasard qu’il était aussi un Alumni PwC !

Sinon, nous vivons heureusement une époque où Linkedin et Facebook permettent de suivre les évolutions de chacun et de n’être finalement jamais vraiment sans contact.

 Ces années PwC vous-ont-elles laissé le souvenir d’une anecdote à nous livrer ?

Des dizaines ! Des moments en équipes, des repas partagés, des situations ubuesques avec les compta fournisseur (sic), c’est sans fin !

Mon Top3 : Xavier Niel se baladant dans les couloirs chez Free et nous saluant gentiment, (2) les conditions sanitaires de notre appartement au Mali et la chèvre qui broutait à 2 mètres de notre salle de travail et (3) la pluie torrentielle en Martinique lorsqu’on cherchait ce fameux restaurant d’accra sur la plage de Pointe Chevalier (on apprendra le lendemain que les glissements de terrain avaient effectivement causé d’énormes dégâts) !

769 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Portraits

#10 - Cécile Villette - CEO & Co Founder d'ALTAROAD

User profile picture

Céline DAVID

21 mai

Portraits

#9- Alexis Chauffer-Yvart, chez PwC de 2007 à 2015 - Co-fondateur de Flatsy

User profile picture

Céline DAVID

17 décembre

Portraits

#8- Edward Bryant, chez PwC de 1962 à 2002 - DRH, responsable de la mobilité internationale

User profile picture

Céline DAVID

11 mai